bruno mader architecte  
   
  ecole lucie aubrac, grenoble 2004 - 2008       retour sommaire  

client : ville de grenoble
maître d'oeuvre : bruno mader architecte ;
coût : 3,2 M€ HT
surface : 6100m² tot. dont  2870m² su Bâtiments
concours 2004 - livraison 2008

programme :
Le projet d'école comprenant 17 classes et un restaurant scolaire s'inscrit dans le périmètre de l'aménagement de la Caserne de Bonne, au cœur du parc Hoche.

Le terrain retenu pour construire l'école Lesdiguières bénéficie sur son orientation principale d'une très belle vue sur les montagnes et de la proximité immédiate du futur parc. Les enjeux sont d'une part à l'échelle de la ville et d'autre part à l'échelle de l'enfant :
- l'école est une pièce essentielle de la façade du nouveau parc urbain - derrière la façade urbaine et au cœur d'une grande école de 17 classes, il s'agit de proposer aux enfants un cadre à leur échelle.

La façade principale est l'expression de trois enjeux fondamentaux du projet : son traitement fortement unitaire et son développement sur toute la longueur du terrain renvoient à l'échelle du parc ; l'expressivité de la façade s'appuie sur la mise en valeur de la structure en bois du bâtiment, elle affiche clairement la démarche environnementale du projet ; la partition en deux volumes qui encadrent l'accès au groupe scolaire donne l'image de la réunion de deux écoles, celle des petits et celle des grands.

L'écriture architecturale joue avec des volumes simples et purs à la matérialité forte. En contrepoint, le jeu aléatoire des ouvertures et des poteaux de structure introduit un léger désordre et des ponctuations colorées.

Les rez-de-chaussée sont traités en socle minéral. La composition des agrégats et des pigments recherche une matière épaisse, entre roche et terre. Sur ce socle épais et protecteur s'appuient les volumes de bois des classes. Les baies vitrées toute hauteur offrant lumière et vue généreuse sur le parc, la teinte verte des panneaux associée à la chaleur du bois, le jeu aléatoire des taches de couleur, apportent à ces façades une note gaie et ludique.

crédits photo: Gaston Bergeret